Frère Henri, Pierre Goltais

EXPOSITION :     LE FABULEUX DESTIN D’UN JARDINIER RENNAIS

ORANGERIE DU THABOR

permanences de la SH 35  : 10h-18h samedi et dimanche

Plus de 1000 visiteurs sont venus nous rencontrer à l’orangerie et ont montré un réel intéret, tant pour le jardinier Frère Henri que pour les activités de la SH35. Certe nous avons bénéficié d’un temps magnifique pendant ces 2 jours.Le samedi AM se tenait la séance traditionnelle de taille des rosiers

CONFERENCE 

UN JARDINIER RENNAIS D’EXCEPTION : FRERE HENRI  par M.F  MAHUAS

au LYCEE  LA LANDE DU BREIL
Participation de plus de 60 personnes très intéressées et des échanges nombreux ont eu lieu après la conférence.
 ci-dessous les panneaux de l’exposition
fh-d1fh-d2fh-d3fh-d4

DE ILLIFAUT À LA PENSION ST VINCENT DE RENNES

000 Flyer Frere HenriNé le 25 février 1830 à Illifaut (22), Pierre Mathurin GOLTAIS était fils de Joseph Goltais, cultivateur et laboureur, et de Jeanne Angèle Jan, ménagère et cultivatrice. Quatrième d’une famille de 6 enfants, il fut élevé dans la modeste ferme familiale, « Ville Allaire ».

Sans autre instruction que celle résultant des exemples paternels, il conduisait les chevaux, traçait les sillons et formait son esprit ingénieux et pratique .

fh01On suppose qu’à 13 ans il suivit une formation à la métairie de Launay ( St Méen le Grand), créée en 1843 par Jean-Marie de la MENNAIS pour dispenser un enseignement agricole aux orphelins etenfants pauvres, et répandre en Bretagne les meilleures méthodes d’agriculture. A 21 ans, il entre dans l’ordre de l’Immaculée Conception. L’abbé BRECHAT, supérieur des +Pères de l’Immaculée Conception et premier supérieur de la Pension St Vincent (rue de Fougères à Rennes) confia à Frère HENRI la responsabilité des jardins en 1854, le nommant chef des cultures en 1856.

CHEF DES CULTURES DE ST VINCENT

52-Frere Henri R.GLa culture maraîchère évolue, de nouvelles techniques se répandent, entre autres grâce à des associations telles que la Société Nationale d’Horticulture créée en 1827.

En 1860, Frère Henri est admis à la Société Centrale d’Horticulture d’Ille-et-Vilaine, créée en 1853 . Ses 150 adhérents, allant du riche propriétaire au simple jardinier, y partagent leurs expériences.

Nul doute que Frère Henri en tient compte lorsqu’en 1866 il réorganise le jardin en trois clos :

  • Un grand jardin fruitier et potager bordé de plates bandes fleuries devant le collège.
  • Un jardin maraîcher d e 36 ares, avec deux grandes serres et trois cents châssis, qu’il construisit lui-même, pour une production intensive.
  • Un jardin d’étude pour les fruitiers à haute tige, permettant à ses élèves de suivre des cours pratiques.

Tous les murs sont couverts d’espaliers.

La production est destinée à l’approvisionnement de l’établissement, le surplus, très réputé au marché des Lices, est préparé dans un hangar pour être vendu.

L’OEUVRE NOVATRICE D’UN JARDINIER

fh03La Société Centrale d’Horticulture d’Ille-et-Vilaine tenait une réunion mensuelle réunissant 30 à 60 personnes : chaque propriétaire ou jardinier apportait des spécimens de sa production. Frère Henri y présentera des expérimentations de son jardin :

  • fh05Asperges en pot et non en ligne, écussonnage de chasselas, méthode de culture de glaïeuls…
  • Orientation et espacement de ses arbres fruitiers pour favoriser la culture des légumes.
  • Théorie de l’équilibre de la pyramide : 700 poiriers produisent ainsi des fruits de la base au sommet, pour un meilleur rapport et un bel effet décoratif.
  • Paillis de part et d’autre de l’allée centrale richement ornée de fleurs (glaïeuls, pétunias, dahlias, pélargoniums).
  • fh06Murs couverts d’espaliers de poiriers et pêchers guidés en palmettes à quatre branches, dites de Frère Henri, donnant une abondante récolte.
  • Au jardin d’étude, pommiers, cognassiers pour la greffe et boutures de vigne (pousses de trois mètres dès la première année).

PÉDAGOGUE DE LA CULTURE INTENSIVE

29-Saint Vincent devant -7-R.GFrère Henri enseigne ses techniques à de nombreux élèves jardiniers qui contribueront à donner une forte impulsion à la production maraîchère rennaise :

Culture sous châssis

carottes, navets, melons, fraises, remplacés ensuite par des légumes d’arrière-saison.

Cultures en serres

vigne, fraisiers, tomates, pommes de terre primeurs, boutures et semis.

fh08Cultures en plein air

un terrain bien nivelé, sans arbres, ni bordures, pour ne pas perdre un seul rayon de soleil et éviter les limaces. Frère Henri veut un service d’eau : il creuse un puits, installe un réseau de tuyaux en fonte enterrés pour un arrosage rapide et généreux, ce qui permet d’obtenir deux à quatre récoltes du printemps à l’automne.

 

SON RÔLE À LA SOCIÉTÉ D’HORTICULTURE

Frère Henri fut un membre très actif de La Société Centrale d’Horticulture d’Ille et Vilaine.

Elu au Bureau en 1862, il en devient le Vice-Président et  le restera jusqu’à sa mort en 1912 : le nombre de membres actifs passera de 150 en 1853 à 450 en 1900.

Il y préside plusieurs commissions :

arboriculture, graines, dénomination des fruits. Il expérimente de nouveaux outils et produits: sécateur, soufflet à soufre, échenilloir, mastic à greffer, appareil avertisseur pour serres…

90-Des-vergers-cultu-ration-des-pommiers-F-Henri-7e-0001-1La Société décide de créer, en 1877, en plus des cours maraîchers, un cours d’arboriculture au jardin de Saint Vincent, cours gratuit pour jardiniers et amateurs dont Frère Henri sera le professeur.

Là encore ses qualités de pédagogue sont reconnues. Expert en pomologie, il est invité à visiter de nombreux vergers et participe à de nombreux congrès en France et à l’étranger.

Les membres de la Société d ’Horticulture visitent régulièrement son jardin et chaque fois, hommage lui est rendu.

 

LE RAYONNEMENT D’UN MAÎTRE JARDINIER

Il fut l’objet de nombreuses distinctions : la Société d’Horticulture lui rendit hommage en lui offrant, pour ses 50 ans de sociétaire, la statue en bronze de Paul Richer : “Le Semeur”.

Il reçut aussi 47 médailles dont la médaille de la Grande Hermine. Il fut nommé chevalier, puis officier du Mérite agricole. Sa notoriété dépassait la ville de Rennes : il fut invité par le directeur du Jardin du Luxembourg à Paris à donner un cours sur le pêcher. Le directeur de l’Ecole Nationale d’Horticulture de Versailles le qualifiait de “plus grand tailleur d ’arbres de France”.

Frère Henri publie de nombreux ouvrages très remarqués :

  • 1878 Traité d’Arboriculture Fruitière
  • 1887 Traité Pratique de Culture Maraîchère
  • 1893 Des Vergers et de la Culture Rationnelledes Pommiers
  • 1893 Guide Pratique de la Culture des Fleurs

SA  M É M O I R E

fh11Décédé le 21 septembre 1912, il fut accompagné jusqu’à l’église St Hélier par un nombreux clergé, des sénateurs, magistrats, jardiniers, élèves et amis pour une cérémonie présidée par l’évêque de Coutances

Illifaut, sa commune natale lui rendit hommage en 1999 en créant unverger conservatoire.

François Duval, professeur au lycée St Vincent a fait une importantecommunication à la Société d’Archéologie de Rennes en 2000.

Dans son Encyclopédie des Formes Fruitières de 2001, Jacques Beccaletto cite de nombreuses fois le travail de Frère Henri.

En 2012, pour commémorer le centenaire de sa mort,la Société d’Horticulture d’Ille-et-Vilaine a organisé un ensemble de manifestations : conférence, exposition…

Fr-henri-son equipe
Frère HENRI et son équipe

———————————————————————–

Programme 2012 – 2013 : Toutes les commémorations et manifestations autour du Frère Henri Flyer Frere Henri

12-13-14 Octobre FÊTE DE LA SCIENCE à CESSON SÉVIGNÉ (35)
•Expo « Frère Henri, un jardinier précurseur » Vendredi : 9h-18h (scolaires)
Samedi et Dimanche : 14h-19h (tous publics) – salle Paul Janson, Bd Dezerseul Organisateur : Espace des Sciences de Rennes

3-4 Novembre FÊTE DE LA POMME à QUÉVERT (22)
11h-18h Salle des Fêtes et Salle Omnisports
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur
•animations + stands Organisateur : Les Mordus de la Pomme
21-22 Septembre DÉLICES DE PLANTES à CESSON SÉVIGNÉ (35)
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur de 10H à 18H Parc de la Hublais
•Vernissage de l’exposition (sur invitation) samedi Organisateur : SH35 

COMMÉMORATION à RENNES le 23 février 2013 à 11h
•Dépôt de gerbe rue du Frère Henri Organisateur : SH 35
 
30 Septembre COMMÉMORATION à ILLIFAUT (22)
•dépôt de gerbe sur la tombe de Frère Henri à 14h30 au Verger Conservatoire :
•CONFÉRENCE : Le Fabuleux Destin d’un Jardinier Rennais par M-F Mahuas à 15h30
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur
•Animations : Fabrication de cidre traditionnel + Stands Organisateur : commune d’Illifaut

12-13-14 Octobre FÊTE DE LA SCIENCE à CESSON SÉVIGNÉ (35)
•Expo « Frère Henri, un jardinier précurseur » Vendredi : 9h-18h (scolaires)
Samedi et Dimanche : 14h-19h (tous publics) – salle Paul Janson, Bd Dezerseul Organisateur : Espace des Sciences de Rennes
Date à préciser commémoration au LYCÉE SAINT VINCENT de Rennes
•Expo « Frère Henri, un jardinier précurseur »
•CONFÉRENCE : Le Fabuleux Destin d’un Jardinier Rennais par M-F Mahuas
•PLANTATION D’UN ARBRE par les élèves du SEGPA Organisateur : Lycée St Vincent, rue de Paris

3-4 Novembre FÊTE DE LA POMME à QUÉVERT (22)
11h-18h Salle des Fêtes et Salle Omnisports
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur
•animations + stands Organisateur : Les Mordus de la Pomme
22 Novembre Les « Jeudis des Archives » aux ARCHIVES de RENNES
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur

•CONFÉRENCE : Les Formes Fruitières du Potager du Roi, une Histoire d’Arbres Fruitiers avec Frère Henri
par J. BECCALETTO à 18h
Archives de Rennes, 18 av Jules Ferry Organisateurs : SH 35

27 Janvier CONFÉRENCE mensuelle de la Société d’Horticulture à Rennes
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur
•CONFÉRENCE : Le Fabuleux Destin d’un Jardinier Rennais par M-F Mahuas, membre du Conseil d’Administration, 10h. Amphithéâtre du Lycée de la Lande du Breil, Rue Fernand Robert, Rennes Organisateur : SH35

16-17 Février Weekend au THABOR à RENNES •Expo Frère Henri, un jardinier précurseur 10h-18h à l’Orangerie
•TAILLE DE ROSIERS à la Roseraie samedi à 14h Organisateur : SH35

29-30-31 Mars Formes fruitières à BRÉAL sous MONTFORT (35)
•Expo Frère Henri, un jardinier précurseur 10h-18h
•Démonstration des techniques de formation et d’entretien des arbres fruitiers, le samedi à 14h30
• Visite commentée des formes fruitères Des châteaux aux jardins d’aujourd’hui dimanche et lundi à 14h30
Aux Jardins de Brocéliande, Organisateur : SH35

13 Avril GREFFAGE à GUIPRY (35)
•GREFFAGE d’un châtaignier sujet issu d’un vieux châtaignier local à la mémoire de Frère Henri
• présentation de marronniers locaux Arboretum de Guipry à 10h
Organisateurs : Comité des Marrons du Pays de Redon, Association de l’Arboretum de Guipry, SH35

———————————————————————

Frère Henri et Saint Vincent

Frère Henri était le jardinier de l' »Ancien Saint-Vincent ». Son savoir-faire horticole est toujours reconnu et la Société d’Horticulture d’Ille et Vilaine organise une année d’hommages à Frère Henri. (voir le dernier n° du Journal de Saint-Vincent)

Voici les manifestations qui ont eu lieu en novemmbre 2012 :

  • jeudi 22 novembre aux Archives municipales : Les formes fruitières du Potager du Roi, une Histoire d’Arbres fruitiers avec Frère Henri. Conférence de J. BECCALETTO à 18h00. J.Beccaletto a cité à maintes reprises les formes fruitières de Frère Henri en faisant le rapprochement entre les dénominations actuelles et celles deFrère Henri
  • du lundi 26 au vendredi 30 novembre, exposition dans le Hall de Saint-Vincent : Frère Henri, un jardinier précurseur. 1830 – 1912.
  • stvinc8244.jpgmardi 27 novembre à 10h15 : plantation d’arbres fruitiers de variétes anciennes par les élèves de l’atelier Travaux Paysagers de la SEGPA. Variétés plantées :
    • de Chailleux (pommier)
    • Reinette Clochard (pommier)
    • Belle de Boskoop (pommier)
    • Triomphe de Vienne (poirier)
      À l’occasion du centième anniversaire de l’implantation du lycée Saint-Vincent sur le site de la rue de Paris, qui coïncide avec le centenaire de la mort de frère Henri, un hommage lui a été rendu mardi. Une initiative que l’on doit à la société d’horticulture d’Ille-et-Vilaine qui souhaitait mettre en exergue l’oeuvre de ce jardinier pomologue précurseur.Pour cela, quoi de plus naturel que de procéder à la plantation de quatre fruitiers de variétés anciennes. Ce fut chose faite grâce à l’implication d’élèves de 3 e de l’atelier « travaux paysagers ». « Cet événement nous donne l’opportunité de faire le lien entre notre préoccupation éducative et la célébration d’une personnalité saint-vincentaise hors pair, férue de jardinage », a conclu Guy Pican, chef d’établissement.
    • IMG_8250 - pf RGIMG_8262 - pf RG

—————————————————————-

Dépôt d’une gerbe , rue Frère Henri

rueFH4086-rfh12Samedi dernier, bravant le froid, avec plusieurs membres de la famille de Frère Henri, le Président de la Société d’horticulture  accompagné de membres du conseil se sont rendu, dans le quartier de la rue de Lorient, déposer une gerbe de fleurs rue du Frère Henri « arboriculteur émérite » en mémoire de sa naissance le 25 Février 1830. Cette rue fût inaugurée le 24 mai 1859 par Mr Henri Fréville alors maire de la ville qui  salua sa mémoire par ces mots « un homme toujours plus conscient de son art et de sa science en lequel s’incarnait tout un idéal : un savant certes, mais resté très près des réalités concrètes »
La Société d’Horticulture d’Ile et vilaine, par divers événements a souhaité, durant l’année 2012 et début 2013 faire redécouvrir cet éminent jardinier aux rennais.IMG_9115 pf RG

__________________________________________

Mémoire de notre Société d’Horticulture

En 1854, Pierre Goltais (dit Frère Henri en religion) arrivait à Rennes comme jardinier à la Pension Saint Vincent (actuel Lycée Jean Macé). Remarqué par ses supérieurs pour son sens inné de l’agriculture et son intelligence pratique, il fut chargé de l’aménagement des jardins, sur un hectare et demi de terres disponibles, qui se situaient entre la rue de Fougères et le Boulevard Sévigné. C’est à partir de là, que l’humble religieux allait se révéler un grand maître en horticulture reconnu par toute la profession. Il créa un grand jardin de rapport au Nord de l’établissement, jusqu’à la rue de Fougères.

On y comptait notamment 700 poiriers en pyramide, en lignes espacées de 12 mètres et orientées nord-sud. Ce qui permettait un ensoleillement suffisant et des cultures légumières intercalaires (70 ares). Tous les murs étaient évidemment garnis d’espaliers de fruitiers divers (pommiers, pêchers, poiriers…). Les groseillers et autres «petits fruits» étaient en lignes dans un espace à part. Ce terrain fut dès le départ parfaitement labouré et amendé généreusement (marc de pommes, déchets végétaux, vieux gazon dit «pelisses»). La présence de plates-bandes florales est importante et remarquée surtout en bordure d’allées et près des bâtiments. Composées de glaïeuls (plante chère au frère) plus de 1 000 plants sur 10 ares, rosiers, dahlias, pélargoniums, cannas, bégonias… Un jardin, dit de cultures intensives, sans arbres et bien exposé, recevait des cultures à rotation rapide, voire forcée. Des serres et châssis abritaient les primeurs et plantes délicates.

saint-vincent.jpgIl faut également signaler la présence d’un jardin dit d’études, en quelques sorte, la pépinière d’expériences et de multiplications, au sud-ouest des terrains. On y voyait là les hautes tiges greffées (pommiers à cidre notamment mais aussi les jeunes cognassiers destinés à recevoir les greffes de poiriers, jeunes plants et boutures divers…) Le jardin «anglais» situé à l’opposé, angle sud-est, vers le Boulevard Sévigné existait avant sur le domaine.

Dans ces jardins de nombreux élèves ou apprentis ont été formés. L’intelligente organisation, l’expérimentation, la pédagogie de frère Henri, les cours publics et visites de jardins ont complété cet enseignement ouvert à tous. Voilà présenté le décor des lieux où s’affirma le maître, où il prouva ses compétences, sa clairvoyance.

Et si nous voulons le célébrer, à l’occasion du centenaire de sa mort, c’est bien pour reconnaître l’apport considérable de notre illustre vice-président (27 ans Vice-Président). Sa présence dans les rangs de notre société, dans les instances où il siégeait nous invite à la reconnaissance et au respect.

C’est notre mémoire.

Yves Lebouc, Président d’Honneur

                            ————————————————————————-

Les obsèques du frère Henri  (Ouest éclair du 25-09-1912)

Hier matin ont eu lieu en l’église Saint-Hélier les obsèques du Frère Henri. Une foule considérable d’amis formait un cortège d’honneur au défunt qui de son vivant avait su conquérir l’estime et les sympathies de tous.

M. l’abbé Raymond, autrefois membre de la Société des Prêtres de l’Immaculée-Conception à laquelle appartenait comme frère coadjuteur le défunt, célébrait la messe.
M. Guérard a présidé la cérémonie et donné l’absoute. M. Aubrée, ancien juge au Tribunal civil, au nom de la société centrale d’Horticulture d’Ille-et-Vilaine, et M. Jenouvrier, sénateur, prononcèrent des discours.
Le deuil était conduit pair M. Mellet, supérieur de Saint-Vincent, et les professeurs de la Maison.

Remarqués également dans l’assistance : MM. Jenouvrier et Brager de la Ville-Moysan, sénateurs.
La Société Horticole d’Ille-et-Vilaine et les anciens élèves du Frère Henri avaient offert de superbes couronnes.
MM. le docteur Régnault, Métayer, Ripert et le Frère Simon portaient les cordons du poêle.
A l’issue de la cérémonie, le corps a été conduit à Illifaut (Côtes-du-Nord), paroisse natale du Frère Henri.

—————————————————————

Humble et modeste, mais très grand jardinier : le Frère Henri

fh01Qui aurait pensé que le jeune Pierre Goltais, fils de petits paysans d’Illifaut (22) allait devenir un grand maître en horticulture au cours de sa vie.

Né le 25 Février 1830, n’ayant que peu d’informations sur sa jeunesse et sa scolarité, on peut penser qu’il fut élevé modestement dans la petite ferme paternelle, gardant les vaches et observant les pratiques agricoles.

Il n’y avait pas d’école à Illifaut à l’époque, il est permis de supposer que la maison d’agriculture, créée en 1843 à la métairie de Launay, l’accueillit en formation…

Ce centre, dû à l’initiative du Père de la Mennais, avait pour objet de dispenser un enseignement agricole de base aux orphelins et enfants pauvres de la campagne environnante.

Situé non loin de St Méen le Grand, ce site pouvait dépendre de la congrégation des Pères de l’Immaculée Conception.

Entré à 21 ans dans cet ordre, Pierre Goltais, devient Frère Henri en 1861, après prononciation de ses vœux perpétuels.

C’est vraisemblablement là que ses dons et qualités furent remarqués.

L’abbé Bréchat, supérieur de la congrégation et premier supérieur de la pension St Vincent, rue de Fougères à Rennes, lui confia la responsabilité des jardins dès 1854.

Un grand domaine qu’il sut parfaitement mettre en valeur et faire fructifier admirablement. 700 poiriers en pyramide furent plantés et taillés selon sa méthode du 1/3. La culture maraîchère était également importante et pouvait nourrir la pension. Il faut également signaler le jardin anglais et le jardin d’études.

C’est dans ce cadre que le frère Henri a formé de nombreux apprentis devenus aussi, pour la plupart, des ouvriers très compétents et des chefs de culture recherchés.

Que dire aussi des innombrables cours et conseils que le maître jardinier a prodigué vers le grand public et notamment à la Société Centrale d’Horticulture d’Ille et Vilaine, dont il fut un illustre vice-président durant 27 ans.

Avant de terminer cette rapide biographie, il faut rappeler sa notoriété tant nationale qu’internationale, notamment en pomologie. De nombreuses récompenses lui ont été attribuées.

Le directeur de l’Ecole Nationale d’Horticulture de Versailles ne disait-il pas « le plus grand tailleur d’arbres de France n’est pas à Versailles, mais à Rennes ».

Il a signé plusieurs livres sur l’arboriculture fruitière, la culture maraîchère, la culture des fleurs…

En 2012, nous célébrerons le 100e anniversaire de sa disparition. La société d’horticulture d’Ille et vilaine, pour cette occasion, vous conviera à diverses animations en hommage à cet homme, dont les archives de notre société conservent les remarquables conseils.

Yves LEBOUC

 

(écrit à partir des archives de la Sté d’Horticulture d’Ille et Vilaine et du texte de la conférence donnée par François Duval devant la Sté Archéologique et Historique d’Ille et Vilaine)